Les Editions Jean Paul Bayol
Contact
Publications
annexes
   

 

 

Retour à la liste générale
La Presse

Michel Cassé

Michel Cassé est astrophysicien, directeur de Recherche au CEA et chercheur associé à l'Institut d'Astrophysique de Paris

Sortie : février 2011

Acheter le livre : Amazon ; Fnac ; Alapage ; Chapitre

Michel Cassé - Astrophysique -

 
ISBN : 978-2-916913-33-9

 

« Les astronomes ont longtemps rêvé d’un télescope qui leur ferait voir le début des temps et la naissance des étoiles et de leurs sociétés. Leur rêve a été exhaussé. » 

 

 

Présentation par l'éditeur

Premier volume de la collection Comprendre Astrophysique réussit le pari de présenter de façon claire et infiniment accessible l’histoire (du ciel d’Aristote aux gigantesques télescopes spatiaux), les enjeux et l’actualité de la science astrophysique : « Mariage de la Terre et du ciel dans la pensée moderne, de la physique consistant à extraire des lois de la pratique de laboratoire et de l’astronomie, regard porté sur l’inaccessible, l’astrophysique est une somme de sciences, de techniques et de visions célestes et mathématiques. Elle est faite de mille vies de physiciens et de milliards de rêves humains : sa puissance réside dans les synergies qu’elle tisse entre mathématiques, astronomie, cosmologie, physique, chimie, géophysique et biologie. Toutes les sciences de la terre et du ciel sont bonnes pour l’astrophysique. Mais au-dessus de tout c’est le discours le plus juste du monde. »

Tel un conteur Michel Cassé trouve les mots simples, les images chatoyantes pour nous emporter dans la rigueur du rêve de l’astrophysicien : il nous dit tout : des plus petits éléments constituant la matière, dont sont faits l’univers et nous, aux gigantesques objets stellaires.

Michel Cassé nous emporte dans l’espace et le temps celui du tout début et celui, prévu, de la fin : « En débandade sont les galaxies. Elles s’éloignent d’autant plus vite qu’elles sont éloignées. La lumière extérieure est rougie par la fuite de ses sources. Prenez un amas de galaxies, celui de la Vierge par exemple (située à environ 50 millions d’années-lumière), il s’écarte de nous, et tous les amas se fuient les uns les autres. Inversons le cours de l’histoire et du temps, à l’origine la Vierge était avec nous et nous avec la Vierge, et tous les autres, et nous ne faisions qu’un. Ce temps est le temps zéro de la virginité. Nous en sommes distants de 13,7 milliards d’années. Au zéro du temps le ciel se résorbe en un point mathématique et atteint un état de compression tel que la densité et la force de gravitation deviennent infinies. Cette singularité inéluctable et effroyable constitue le début dicible de l’univers (de la matière, de l’énergie, de l’espace, du temps et des lois physiques). On ne peut dès lors demander ce qu’il y avait avant cet état primordial. Une fois pour toutes et tout en une fois, il jaillit du non-où. Il n’y a ni big ni bang (paresseuse et coupable formule que celle de big-bang qui encapsule ces événements fastueux dans une pauvre et triste onomatopée) car rien ne peut faire détonner un milieu préexistant à l’univers lui-même, qui est tout. On ne peut d’avantage se figurer que l’univers est né en un point de l’espace, car l’espace n’existait pas avant lui. L’expansion de l’univers est celle de l’espace, elle n’est pas dans l’espace. »

C’est en poète que Michel Cassé nous explique les sciences les plus contemporaines, c’est en scientifique qu’il pose les questions de la création, de la vie et de la fin.

Michel Cassé a relevé le défi de la vulgarisation (l’ultra vulgarisation !) scientifique et c’est une complète réussite. Pour tous ceux qui ont, ne serait-ce qu’une fois, regardé un ciel étoilé, ce livre sera un voyage. Voyage aux confins de la matière, de l’univers et du temps, voyage dont on revient ébloui et enrichi.

« Les belles galaxies qui ornent la nuit contiennent plusieurs milliards d’étoiles, mais ce ne fut pas toujours le cas. Il fut un temps où les sociétés d’étoiles n’existaient pas encore. Les astronomes se sont longtemps demandés comment les systèmes stellaires se sont formés, et à quel moment. Et d’ailleurs, se sont-ils formés en même temps ? Les premières galaxies étaient-elles semblables à celles que nous voyons aujourd’hui dans le ciel, plantureuses et bien constituées ? Et si les galaxies sont faites d’étoiles, celles-ci se forment-elles avant les galaxies pour ensuite s’agglomérer ? Ou bien est-ce l’inverse ? Ne serait-ce pas plutôt que d’énormes nuages de gaz, qu’on pourrait appeler jeunes galaxies s’accumulent en premier et forment des étoiles par la suite ? La poussière interstellaire actuelle est faite essentiellement de carbone et de silicium, mais de quoi était faite la poussière d’antan ? Ces questions restèrent longtemps sans réponse. Les astronomes ont longtemps rêvé d’un télescope qui leur ferait voir le début des temps et la naissance des étoiles et de leurs sociétés. Leur rêve a été exhaussé. 

Élève et disciple d’Hubert Reeves, astrophysicien de renommée mondiale Michel Cassé est l’auteur de nombreux ouvrages sur la cosmologie, l’étude de l’Univers et l’astrophysique, ainsi que de recueils de poésies.

Le livre comprend un cahier d’illustration en couleurs de 8 pages.


 

Octobre 2007

Acheter le livre : Amazon ; Fnac ; Alapage ; Chapitre

Lambda ou Cosmologie dite à Rimbaud -

 
ISBN : 978-2-916913-05-6

 

Présentation par l'éditeur

Cette œuvre multiforme appuyée sur une grande rigueur scientifique est un magnifique voyage dans l’espace et le temps. A travers et par delà les cieux Michel Cassé interroge les hommes. Abolissant les frontières du temps il dialogue avec les scientifiques, les poètes et Dieu, il scrute d’un regard amoureux les origines de l’univers, de la pensée et des sentiments.

Michel Cassé nous offre un roman initiatique où la rationalité se fait magie et la science poésie.

Michel Cassé montre que la science, toute autonome est rigoureuse qu’elle est, est écrite, pensée par des hommes dont les référents sont dans la culture humaine, donc – aussi, car bien sûr les instruments des sciences sont premiers – dans les rêves, la poésie, le langage.

Il semble nous dire : faisons de la place à l’imagination, faisons de la place à la poésie qui contourne notre raison raisonnante et en cela nous déconcerte, faisons de la place à la rêverie car ce sont de magnifiques et indispensables instruments de la pensée et par là-même de la science.

Ce livre est à tous les points de vues une expérience, le texte personnel et libre d’un scientifique qui parle de son art et de sa pratique, de sa vie.

Extrait :

La théorie physique est probablement anathème pour la plupart des humains ou humanoïdes partiellement parce qu'elle est souvent présentée très abstraitement et partiellement parce qu'elle semble si générale qu'elle confine à l'inutilité dans les situations concrètes. Tout au contraire ! Je veux ici vous convaincre qu'il n'y a aucune contradiction entre la science et la vie et que la vraie vie est scientifique, dans la mesure où elle enrichit (et non pas enjolive) le monde. Il n'y a rien à ré-enchanter, Je m'ésange, ça chante tout seul. Je montrerai que tout physicien théoricien est un homme et qui sait ou devrait savoir chanter pour abreuver de notes la symphonie du monde

Retour à la liste générale
La Presse