Les Editions Jean Paul Bayol
Contact
Publications
annexes
   

 

Retour à la liste des publications
Presse

Acheter le livre : Amazon ; Fnac ; Alapage ; Chapitre

Recevez La cathédrale disparue dédicacé par l'auteur

http://www.zededicace.com/prochainement/45-max-geneve-la-cathedrale-disparue.html

avril 2010

 

Max Genève – La cathédrale disparue

Collection : L'Esprit de l'Escalier

ISBN : 978-2-916913-26-1

 

Les sept premières nouvelles de ce recueil ont été écrites en quelques semaines, entre la fin décembre 2008 et le début du mois de mars 2009. Personne ne m'avait rien demandé, surtout pas des nouvelles, la plupart des éditeurs n'en raffolent pas, convaincus que le lecteur français préfère le roman. Il s'agissait plutôt d'une commande de l'inconscient auquel je n'ai jamais su résister.
Elles ne forment pas un tout homogène bien qu'elles soient liées entre elles par la logique aberrante et irrationnelle du rêve. Il suffit d'un léger pas de côté, d'un minuscule porte-à-faux pour glisser de l'autre côté, là où le réel est si proche du fantastique.

Max Genève

 

 

Quatrième de couverture :

Max Genève est l’auteur d’une vingtaine de romans et de nombreux récits. Il livre ici seize nouvelles, dont neuf inédites, toutes aussi étranges que drolatiques. Un univers crépusculaire zébré d’éclairs d’humour noir, des personnages et des situations à la limite du fantastique.

Un très jeune homme décide d’aller au bout du monde. Dans un pays lointain, un citoyen ordinaire est élu Président contre son gré. À Montluçon, les hommes de petite taille qui entrent au café Marnay n’en ressortent jamais. Monsieur K. habite en face de la cathédrale – un beau matin, elle a disparu. Un amoureux des trains rencontre sur une voie désaffectée une locomotive surgie de nulle part.

Lire Genève, c’est voyager sur la ligne d’un chemin de fer qui n’est pas prêt de s’arrêter. Et ça tombe bien : personne n’a envie de descendre.

 

 

La cathédrale disparue (extrait)

Un matin tôt de décembre 1983, alors qu’un brouillard tenace enserrait la ville dans ses voiles gris, monsieur Joseph K., le peintre bien connu dont l’atelier et logis donne sur la place de la Cathédrale, eut une impression bizarre en levant ses volets : il lui semblait que celle-ci avait disparu. Certes il était mal réveillé, ayant mal dormi et, comme à son habitude, beaucoup bu la veille ; on n’y voyait pas à dix pas, mais l’impression était assez forte et dérangeante pour qu’il se décidât à enfiler un manteau par-dessus son pyjama de flanelle rayé et à sortir pour en avoir le cœur net.

 

Retour à la liste des publications
Presse